Actualités

Exposition
« LE PATRIMOINE RELIGIEUX DE MILLY-LA-FORET ET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE 2 VALLEES »

Du 10 septembre au 2 octobre à l'Espace Culturel du Moustier à Milly-la-Forêt.


Edition du livre

« LE PATRIMOINE RELIGIEUX DE MILLY-LA-FORET ET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE 2 VALLEES »






dimanche 26 août 2012

Les marais d'Oncy


Ceci est un extrait de la carte du Royaume de France telle que la famille Cassini avait mis 50 ans à l'établir au XVIII° siècle.

            Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique.  La carte ne localise pas précisément les habitations ou les limites des marais et forêts, mais le niveau de précision du réseau routier ancien est tel qu'en superposant des photos satellite orthorectifiées aux feuilles de la carte de la France on obtient de spectaculaires résultats.

            Voici comment César-François Cassini (Cassini III) voyait la carte qu'il allait commencer :

ñ « mesurer les distances par triangulation et assurer ainsi le positionnement exact des lieux » ;
ñ « mesurer le Royaume, c’est-à-dire déterminer le nombre innombrable de bourgs, villes et villages semés dans toute son étendue » ;
ñ « représenter ce qui est immuable dans le paysage ». (Wikipédia)

            Que voyons nous « d'immuable »  pour cette époque ?

            - Milly est une ville fortifiée établie sur la rive droite de la rivière École, à l'entrée d'une petite vallée, sans que l'on puisse deviner si la ville est construite sur un promontoire, comme celui qui est visible sur la rive gauche, ou si elle suit la pente vers l'eau, comme le laisseraient supposer des indices qui indiquant qu'à une certaine époque (quand ???) le niveau de la place du marché aurait été de un mètre plus bas que son niveau actuel, et de deux mètres à la place de la République (Mairie) .....

            - Entre Milly et Moigny, on compte 5 moulins, 2 autres à Dannemois, 3 sur Soisy. Plus précisément : deux moulins à Milly (Moulin du Coudray-Moulin de la Maitrise), deux moulins à Courances (Moulin du Ruisseau et Moulin Grena),  plus le moulin " Le grand Moulin ou le Moulin de Choiseau transformé en scierie.....  Un moulin à Moigny, (le Moulin Gauffin)  deux moulins à Dannemois (Moulin ancien - Moulin à l'huile qui fut transformé en Moulin à Blé ....à Soisy sur Ecole  , (le Moulin Neuf- Moulin du Réau -Moulin des Noues) puis il y a St Germain  etc.... jusqu'à Ponthierry !!! 

            - L'Ecole n'est que marécage peu après sa source jusqu'à un pont (celui qui sépare aujourd’hui Oncy de Milly ?) et y coule en faisant de nombreux détours.

            Plusieurs siècles avant, ces marais étaient biens plus vastes.

            Voici une idée de son étendue, selon des relevés géologiques et topographiques.

            On remarquera :

ñ  un rétrécissement au niveau de l'église de Noisy, ce qui permit l'établissement d'un pont et d'habitat ;

ñ  un autre au niveau de Milly ; ce qui facilita, sans doute, l'établissement d'un passage et l'installation d'une ville dans un espace plus vaste qu'à Noisy.

ñ  que le chemin de la Procession (sur Milly) suivi du chemin de Moigny (sur Oncy) le longe. Ce qui était normal … il y a 2000 ans. Sur la carte Cassini, c'était même la route qui allait de Milly à Oncy. Est-ce que ce fut une voie romaine ? On peut le penser  pour deux raisons au moins. La première est que le creusement de fondations a permis de rencontrer des pavements. La deuxième serait l'explication de l'origine du nom d'Oncy ; Oncia, qui signifie la douzième partie d'un tout. Les historiens qui se sont penchés sur l'origine des noms de lieu (toponymes) on relevé que ces genres de noms se trouvaient le long de voies romaines à un certaine distance de l'origine : ici ce serait à la douzième partie de sa longueur. Mais …. d'où à où ?

ñ  Le cours de l’École à été redressé.

            Contrairement à une idée couramment répandue, les terres cultivables ont été gagnées bien plus par l'assainissement des marais que par le déboisement.



De nombreux fossés de drainage ont été creusés et ce qui ne devait être qu’un marais dans une vallée entre le Vaudoué et Ponthierry a été canalisé pour devenir une rivière qui évacuait l'eau plus rapidement ; ce qui serait l'origine de son nom : écoulement …. écoule … école ; l’École ? L'humidité en profondeur de cette terre ainsi gagnée a permis  la culture des plantes médicinales dans notre canton.

La canalisation se remarque particulièrement en Seine-et-Marne au niveau de La Planche, où l'Ecole ne coule pas au fond de la vallée, comme le font normalement tous les cours d'eau, mais la suit  environ deux mètres plus haut !

Maurice Gelbard