Actualités

Exposition
« LE PATRIMOINE RELIGIEUX DE MILLY-LA-FORET ET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE 2 VALLEES »

Du 10 septembre au 2 octobre à l'Espace Culturel du Moustier à Milly-la-Forêt.


Edition du livre

« LE PATRIMOINE RELIGIEUX DE MILLY-LA-FORET ET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE 2 VALLEES »






lundi 18 juillet 2011

Spectacle du 24 mars 1927 au café de la Renaissance

.
La soirée du jeudi 24 Mars a été un nouveau succès pour la « Renaissance ». Dès 8 heures du soir, la foule stationnait devant la salle de spectacle. La salle était archi-pleine. M. Fournillon avait été obligé de supprimer le passage central pour caser le surplus de spectateurs. Malgré un embouteillage inévitable, chacun trouva des places, grâce à la bonne volonté de tous. Comme toute chose comporte un enseignement, M.Fournillon rétablira l’ancienne disposition au prochain concert, qui nous l’espérons, aura lieu à une date assez proche.


A son entrée, la reine de Milly au bras du roi fut vivement acclamée, Mlle Jeulin était vraiment délicieuse sous son diadème. Habillée avec goût, elle portait un magnifique manteau garni de fourrure, offert par les ateliers de la « Bonneterie de Milly », où elle est une habile ouvrière. Le Roi, M. Gay, est un jeune homme d’une élégance et d’une correction parfaites, qui s’acquitta de son rôle de la façon la plus brillante. La Reine était encadrée de deux Demoiselles d’honneur, fraîches et jolies à ravir avec leurs cavaliers, d’une amabilité accomplie. Ils prirent place dans la galerie de gauche et l’orchestre attaqua vigoureusement son morceau d’ouverture.

Mme Fournillon qui s’est dépensée pour la réussite de sa soirée avait fait appel à l’excellente troupe du « Cercle Artistique Milliacois ».



On s’instruit en voyageant et l’on apprend beaucoup, mais d’un autre côté l’on apprend jamais ce que l’on sait déjà : que nos artistes amateurs du Cercle artistique sont incomparables. Disons que M. Ch. Dezert interpréta « S’ils revenaient », chanson réaliste, malheureusement à la seconde partie, une extinction de voix l’empêcha de changer « En avez-vous », chanson d’actualité qu’il interprétera au prochain concert.

M. Edmont Dezert donna deux belles chansons « Les Mamans » et « Derrière les volets ». M.René Cathrina a chanté de sa belle voix « Les papillons de Nuit » et « Si vous aimez ». Avec Charles Cathrina, on tombe dans le fou-rire : « C’est la faute à mon grand-père », « Gavotte Louis XIV ».

Mme Tremblay interpréta à merveille « Quand on aime » et « Ninon je vous aime ». Mme Rôle obtint son succès habituel avec « Les bords du Colorado » et « La rentrée du troupeau ». Enfin Mme Nevers vint dire avec son talent reconnu « C’est le vent ».

La première partie fut terminée sur une comédie militaire : Fine Carotte, interprétée par MM. Charles et Edmond Dezert, tous deux excellents dans les rôles qui leur avaient été confiés.

La deuxième partie comprenait la fine comédie de M. Devilliers : L’œil de Verre qui fut interprétée par Mme Nevers (Aline Bouleau) et Mme Tremblay (Mariette).

M. Charles Cathrina rendit à souhait un vicomte Roger de Bergamote. Le public fit à nos artistes amateurs une chaleureuse ovation.

L’orchestre symphonique a interprété un programme sélectionné qui a été fort goûté des spectateurs. Il était composé de Mlle Fontaine au piano, Mme Nevers, MM. Reltien et Rôle comme violons.

A l’ouverture du bal, sa Majesté la Reine, on ne peut plus gracieuse, fit son entrée triomphale dans la salle, portée par quatre jeunes gens sur un fauteuil garni de fleurs. Le bal fut plein d’entrain.

Le jazz était composé de Mme Nevers, piano ; Reiltien, violon ; Rôle, banjo ; M. Charles Dezert tenait la batterie et M.Phillipart l’accordéon. Cet excellent orchestre fit tourner les couples jusqu’au matin.

M. et Mme Fournillon adressent à la population un chaleureux remerciement pour l’accueil enthousiasme qu’elle a réservé à sa petite Reine, à son Roi, à ses demoiselles d’honneur, à leurs chevaliers servants et enfin aux sympathiques artistes du Cercle artistique Milliacois.

 


L’Abeille d’Etampes du 2 avril 1927

Aucun commentaire: