Actualités

Exposition
« LE PATRIMOINE RELIGIEUX DE MILLY-LA-FORET ET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE 2 VALLEES »

Du 10 septembre au 2 octobre à l'Espace Culturel du Moustier à Milly-la-Forêt.


Edition du livre

« LE PATRIMOINE RELIGIEUX DE MILLY-LA-FORET ET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE 2 VALLEES »






lundi 21 janvier 2008

Les orages du 19 août et 17 septembre 1781, à Milly

« Le 19 du mois dernier à trois heures du matin, on a essuyé à Milly-en-Gatinais et au environs, un orage affreux accompagné de tonnerre, qui en deux heures a inondé plusieurs fermes établies sur le haut de la ville de Milly. On a vu venir de ces hauteurs plusieurs torrents de vingt à vingt cinq toises de large croissant de moment en moment et entraînant dans la vallée quantité d’effets et ustensiles de campagne, l’eau ayant pénétrée et submergé les maisons du Faubourg de St-Pierre. On a forcé ceux qui y demeuraient d’en sortir avec leurs bestiaux et d’abandonner leurs grains et récoltes, qui ont été presque entièrement perdus. On ne saurait feindre la confusion des premiers moments, l’alarme était générale, le danger pressant. Plusieurs personnes auraient été noyées, sans la présence d’esprit, la force et le courage de quelques autres, même les principaux de la Ville qui sont montés à cheval et ont enlevé du milieu des eaux des enfants et des femmes et des malades. Pour comble de malheur, le 17 septembre à 4 heures après midi, un second orage, plus terrible que le premier a achevé de dévaster le même canton de la paroisse de Milly. Dans les fermes tout a été inondé, le blé perdu dans les granges, toute les volailles emportées, quelques bestiaux noyés et plusieurs bâtiments écroulés. Les torrents qui descendaient de ces fermes ont tout entraîné. On ne voit que des abimes, tous les chemins sont rompus, la plaine n’est couverte que de sable, de graviers et de pierres. Enfin, ce que les habitants du Faubourg St-Pierre avaient préservé lors du premier orage a été détruit par ce dernier, qui les réduit à la plus affreuse misère. Tant de désastres n’offrent à ces malheureux habitants que le triste spectacle de leur ruine, et leur ôte toute espérance de forcer la terre à de nouvelles productions pendant quelques années. »


Affiches de Montargis
au journal du Gâtinais
n° 19 du vendredi 5 octobre 1781
(page 79)

Aucun commentaire: